ga_1002_06_02Au Québec, les terrains pour organiser des GN se font de plus en plus rares. C’est en discutant avec Ludovic Letellier des Chroniques D’Aéon que j’ai réalisé l’ampleur du problème. Il me demandait : « quelles sont les meilleures places au Québec pour organiser un GN? » Les Chroniques D’Aéon, c’est un GN de style médiéval fantastique avec une petite touche de steampunk. En réfléchissant avec Ludovic, j’ai réalisé que si la tendance se maintient, on atteindra bientôt la limite du nombre de lots de terrains pour faire des jeux de rôle. Je m’explique : tout le monde sait qu’il y a une multiplication du nombre de GN causée pas l’élargissement du bassin des joueurs, ce qui correspond à une forte augmentation de la demande. L’industrie du jeu de rôle suit de près ce mouvement avec l’injection de nouveaux produits sur le marché et ses idées créatives. Mais le gouvernement « tire de la patte », il reste derrière. Pourquoi? C’est à cause de sa législation arriérée qui n’est pas adaptée à la nouvelle culture populaire du Québec. C’est comme si la tête ne suit pas les pieds. Les lois municipales et fédérales de gestion des forêts nous empêchent de jouer sur les bons terrains de GN, parce qu’ils catégorisent les activités de jeux de rôles comme étant du camping ou des « évènements » sportifs de plein air. C’est étrange, puisque, dans les parcs nationaux faire du camping et de la randonnée ne sont pas considérés comme dommageable pour l’environnement. C’est tout le contraire du ministère des Ressources naturelles pour qui ces activités sont nuisibles. Ils affirment que les activités de GN empêchent la nature de se régénérer. Impossible vous dites? Si je peux l’affirmer, c’est parce que je l’ai entendu de mes propres oreilles. Notre organisation a été évincée d’un magnifique terrain exactement pour cette raison.

Au temps où nous étions propriétaires de Bestarius Grandeur Nature, il y avait une cinquantaine de participants qui jouaient sur cette terre non défrichée qu’on avait louée à son propriétaire. Après avoir travaillé pour aménager le terrain, au moment où l’on commençait à installer nos tentes, nous avons reçu une convocation du gouvernement. Pour faire une histoire courte, on nous a expliqué qu’on pouvait couper tous les arbres pour les vendre pour du bois de chauffage, qu’on pouvait ouvrir une ferme d’élevage de porcs, mais qu’on ne pouvait pas créer un GN, parce que ces activités de jeux de rôles sont nuisibles pour l’environnement. En un mot, les GN endommagent la nature.

Bestarius n’est pas le seul GN à s’être fait expulser des terrains loués pour ces mêmes raisons. Plusieurs parlent de créer une fédération pour se mobiliser, se défendre et intervenir auprès du gouvernement. Mais j’ai un doute. Est-ce que c’est réellement la solution que d’officialiser les activités de jeux de rôles en impliquant le gouvernement? Le problème, c’est que l’implication d’une fédération génère des coûts, sans parler des règles qui seraient imposées par une politique gouvernementale. Tout devra être officialisé : des contrats devront être signés, les revenus et salaires être déclarés et des frais d’union être payés. Ce sera la fin de quelque chose de beau qui existe par la seule faveur populaire, parce que ça va coûté « un bras » si le gouvernement est impliqué. Actuellement, les revenus d’un GN suffisent à peine pour tenir une saison, imagine, si en plus, il faut déclarer des revenus et pour l’animation payer des acteurs au prix de l’Union des Artistes.

La rareté des terrains pouvant accueillir des GN a eu pour effet de faire monter les prix de location et l’augmentation des tarifs imposés par certains propriétaires rend impossible l’organisation des GN qui ont moins de 150 participants. Malgré que certains propriétaires soient devenus gourmands et exigeants, je pense qu’il y a une lueur d’espoir puisque d’autres, qui semblent très bien comprendre ce qui est en jeux, adaptent leurs prix aux plus petites organisations et facturent un coût raisonnable. On comprendra qu’ils sont peu nombreux.

Par ailleurs, j’entrevois une tendance chez les amateurs de jeux de rôle : des regroupements de joueurs qui achètent leurs terres et organisent leurs propres GN. Ils sont maîtres chez eux et c’est la solution qu’ils ont trouvée pour rester opérationnels sans la menace constante de se faire évincer. J’aurais souhaité que ce soit aussi simple qu’en Europe, mais j’imagine « qu’il faut faire avec ».

Auteur,
Patrick Penning
Epic Armoury Canada Ltee

Traduit par Monique Provost
moniqueprovost.com

Epic Armoury Canada

Ils sont plusieurs à dire que la popularité des jeux de rôle « c’est une mode! », une sorte d’excitation éphémère recherchée par des personnes bizarres ou même des moumounes. Je réponds à ceux-là, venez et faites-en l’expérience! Vous comprendrez que nous sommes ici pour rester.

Depuis que je suis dans cette industrie des jeux de rôle, j’ai constaté une augmentation constante du taux de fréquentation des GNs. Plus encore, les cinq dernières années ont été les plus impressionnantes que j’ai connues. En quelques années, ce jeu d’action est devenu l’activité extérieure favorite chez les chercheurs d’émotions fortes, créant au passage toute une communauté de geeks et d’amateurs passionnés. D’ailleurs, c’est une activité durant laquelle un joueur adulte peut amener son ado et vraiment triper en famille et partager des moments exceptionnels.

Les activités de jeux de rôle, qui prennent place dans les GNs, se rapprochent du concept américain de cosplay (costume and play). La différence est que dans les GNs, les personnages ne sont pas inspirés des bandes dessinées, c’est-à-dire : un mixe entre la fantaisie et la réalité. C’est certain que vue de loin, quand on ne connait pas la culture GNiste, il y a des ressemblances. Mais le jeu du GN incite le joueur à adopter un personnage : « un bonhomme » comme il est souvent dit dans le milieu. Le joueur se concentre sur un caractère de personnage qu’il fait évoluer dans un continuum historique et dans l’acquisition de compétences accumulées à chaque participation aux évènements. Alors que les cosplayer vont inventer un nouveau costume à chaque évènement. Finalement, les GNistes visent le même but : développer l’unicité de leurs personnages.

C’est en lien intime avec les habitudes de vie et façons de faire de l’histoire que ce sont développés les scénarios de GN et les personnages qui y contribuent. On évolue surtout dans la période historique médiévale. Mais ces contextes ont clairement évolué avec l’arrivée dans le marché des mondes hyperfantastiques médiévaux du cinéma, dont ceux de Cohan et du Seigneur des Anneaux. L’imagination des GNistes a été enflammée par ces mondes fantastiques, et on assiste au développement d’un bassin de royaumes tous plus originaux les uns que les autres. Un des constats fascinants que j’ai fait, au fil du temps, c’est l’émergence, dans tout cet univers médiéval et fantastique, d’un arbre généalogique des personnages et scénarios divers. Chaque branche, chaque forme de royaumes ou de contextes de jeux sont reliées à un courant racine créateur d’influences reconnaissables. À mon avis, l’essence de cette culture réside dans la communauté des joueurs qui s’est créée autour de l’imagination fertile de Gary Gygax. Cet auteur connu est le créateur, avec son associé Dave Arneson, du système à la base des jeux de rôle Donjons et Dragons. C’est, sans aucun doute, le plus important pionnier, l’icône de la communauté des « gammers ». Depuis Gary Gygax, chaque jeu de rôle tente d’être meilleur que le précédent, recréant sans cesse cet univers et développant une multitude de styles différents de jeux, pour lesquels chacun soumet ses propres règles et paramètres afin de stimuler l’imagination de joueurs. Ceci est vrai autant pour les jeux de tables, les jeux vidéos que pour les jeux grandeurs natures : les GNs.

Selon mes observations, il n’y a pas de signes avant-coureurs que ce type de jeu s’en va dans une courbe descendante. D’autant plus qu’il y a quelques années, se costumer était une chose qu’on faisait rarement et qui coûtait cher. Mais aujourd’hui, avec le développement de l’industrie du GN, c’est accessible à tous. D’ailleurs, le développement des organisations et des regroupements de joueurs m’étonne toujours. À chaque fois que j’entends parler qu’il y a un nouveau GN qui démarre, j’ai toujours l’impression que c’est trop, qu’il y en a suffisamment dans certaines régions. Mais, les succès obtenus par ces initiatives locales démontrent que je me trompais. Il faut dire que cette augmentation est peut-être due au fait qu’il n’existe pas de discrimination d’âge ou de classe sociale dans les jeux de rôle. Durant mes expériences sur les terrains, j’ai vu des participants dont l’âge variait entre 6 et 72 ans, et même, un participant en fauteuil roulant. Les joueurs proviennent de milieux sociaux variés et on y retrouve autant des nerds que des avocats. Puis les motivations aussi sont différentes, certains y vont pour sortir de leurs coquilles, comme une sorte de thérapie, certains s’impliquent dans les combats pour faire de l’exercice, et d’autres encore y vont pour relaxer ou faire une coupure avec le train-train du quotidien. Le jeu est accessible, c’est simple! Pour se détacher de sa propre personnalité et s’immerger dans le jeu, pensez au jeu comme si vous étiez dans un rêve au sein duquel vous êtes le personnage principal et focalisez sur le moment et la situation dans laquelle vous êtes. Le reste, le jeu, se produit par lui-même.

En conclusion, et pour répondre à ma question titre, avec le raffinement des jeux vidéo et de l’internet, des visions de mondes lointains et fantaisistes nous atteignent aisément et des budgets de films de plus en plus gros visent à nous faire vivre des expériences immersives qui permettent d’entrer dans la peau de certains types de personnages des plus fantaisistes. Pour toutes ces raisons, selon mon point de vue, si les industries du film et des jeux vidéos ont compris que l’imagination est la clé du succès, pourquoi les GNs et les jeux de rôle seraient-ils simplement une mode passagère?

Auteur,
Patrick Penning
Epic Armoury Canada Ltee

Traduit par Monique Provost
moniqueprovost.com

fb

 

Une armure de GN peut parfois être encombrante et lourde. Pourtant, mercenaires, aventuriers et chevaliers ne combattraient pas sans elle. Plus encore, ils vendraient leur âme et iraient jusqu’en enfer pour avoir le look recherché. Malheureusement, j’ai constaté que trop souvent ils ne prennent pas en compte les aspects sécuritaires reliés au port de
l’armure, et mettent en danger non seulement leur propre sécurité, mais aussi celle des autres. Rappelez-vous que même si c’est un jeu, la sécurité est d’une extrême importance. Si l’armure est mal construite, ou adaptée inadéquatement à votre corps, non seulement vous pouvez vous couper ou vous infliger des ecchymoses (des bleus), mais vous pouvez causer les mêmes problèmes aux autres et ruiner leurs équipements de combat. Par exemple, un coup d’épée en latex sur une armure acérée se fendra tout comme le coeur de son propriétaire qui verra son investissement chèrement payé détruit en quelques instants. Ne laissez pas le fait de porter une armure médiévale vous monter à la tête! Une fois revêtue votre armure flambant neuve, vous vous sentirez invincible, mais attention! Voici un certain nombre de choses qu’il faut savoir avant de se lancer dans la mêlée ou même de faire l’achat de l’objet de votre désir. D’abord, rendons-nous à l’évidence, une armure ne plie pas comme vous le voulez ou comme vous pourriez l’imaginer. Ce fait incontestable peut être la source de blessures importantes et une façon efficace de les éviter, c’est de porter un gambison bien rembourré. L’épaisseur de tissu qui s’interpose entre votre peau et le métal ou même entre votre peau et le cuir, préviendra les blessures et enlèvera du poids sur votre corps.

Ensuite, la plupart des gens ne le savent pas, mais une armure doit avoir une longueur spécifique pour chaque personne. Elle est déterminée par la taille du thorax le chest du porteur. La longueur du plastron doit s’arrêter deux pouces en dessous du nombril. Cet important détail prévient que votre plastron remonte soudainement sous votre menton quand vous plierez la taille ou que encore, prendrez la position accroupie. Aucun gambison ou autre type de vêtements aussi épais soit-il ne peut empêcher que vous soyez blessé et croyez-moi, ça fait mal! Je l’ai moi-même appris par la manière forte, il y a longtemps. Enfin, une autre chose que vous devez prendre en compte est la distance entre les deux bras. D’une part, si elle n’est pas assez large votre protection sera insuffisante et d’autre part, si elle est trop large, vos mouvements seront restreints par l’armure. Voici une façon simple et efficace pour figurer la largeur idéale en fonction de votre poitrine. Vous étendez vos bras devant vous et rapprochez les paumes de vos mains ensemble en conservant un pouce de distance. Si vous constatez que l’espace couvert par l’armure sur votre thorax est très petit, dites-vous bien que c’est normal. Il est faux de penser que l’armure doit couvrir tout le haut du corps.

Souvenez-vous de vérifier votre armure avant et après chaque évènement. Vérifiez et réparez les rivets qui se sont lousses sur la plaque et limez les bords devenus rugueux ou tranchants dans les angles. Finalement, une chose peu connue des gens, c’est que la sueur endommage les armures. Pour pallier à ce problème, appliquez de l’huile de vison sur toutes les pièces et enduisez l’intérieur de votre armure d’huile ou d’une peinture
appropriée.

Auteur,
Patrick Penning
Epic Armoury Canada Ltee

Traduit par Monique Provost
moniqueprovost.com

business-card-2014(6)-kidDes armes de latex certifiées
Les armes de latex sont offertes pour l’achat depuis plus d’une quinzaine d’années et les modèles qui sont vendus dans les boutiques traduisent l’évolution de l’acquisition des connaissances quant aux méthodes et aux critères de fabrication. Depuis la première génération d’armes, les fabricants ont perfectionné leur art. Ils créent des armes plus sécuritaires, dont l’apparence s’approche d’une façon vraisemblable à celle des armes réelles. L’idée, c’est d’aider le participant avide de vraisemblance à s’immerger dans son personnage. Certains fabricants ont accéléré ce développement des savoir-faire du paraître et ont pris une longueur d’avance du point de vue de la sécurité en contrôlant la dangerosité potentielle des armes. Epic Armoury Canada est l’une de ces entreprises qui se soucient de la qualité des produits autant du point de vue de l’apparence que du bien-être de ceux qui les utilisent. Chaque arme a reçu la certification CE qui stipule que l’objet a passé un test de sécurité en fonction de ce pour quoi l’arme a été conçue.

La sécurité avant tout
Chaque composante de chaque modèle est analysée et testée pour une période de trois mois. Scrutées par l’équipe de concepteurs, les armes de latex sont mises à l’épreuve dans les limites de ce pour quoi elles ont été conçues. Elles sont soumises, par exemple, aux tests de piquer avec la pointe « poke » et au test du coup frappé avec élan, simulant l’attaque sur un opposant. Les concepteurs vérifient ainsi si la tige de fibre de verre percera le kevlar, la mousse et le latex. La garde et le pommeau sont tirés et tordus pour tenter de les déchirer et de les déloger du corps de l’arme, comme elles le seraient lors d’un réel combat main à main. C’est seulement après avoir passé tous ces tests que le modèle approuvé est envoyé à la fabrication.

La sécurité est une préoccupation durant les jeux de rôles qui impliquent les combats d’armes de latex. Plusieurs compagnies et artisans produisent des produits pensés pour des usages intensifs et pour simuler le poids réel des armes. Epic Armoury Canada se démarque de ces compagnies en produisant des armes conçues pour des joueurs de tous âges. Que vous soyez un combattant revêtu d’une armure lourde, ou torse nu, ces armes de latex ne causeront ni blessures, ni éraflures, ni fractures, à aucune partie de votre anatomie. La réalité est que, durant le jeu, c’est la touche qui compte et non pas combien fort vous frappez la personne. De plus, la sécurité est un impératif parce que ce ne sont pas tous les GN qui ont des assurances pour couvrir les accidents qui peuvent survenir lors de leurs évènements.

Des armes conçues pour les enfants GNistes
Il est évident que la sécurité d’une arme est une priorité pour les parents qui regardent leurs enfants s’affronter et se frapper avec des épées jouets. C’est pourquoi nous avons développé une ligne de produits adaptée aux enfants pour répondre à leurs inquiétudes : la marque RFB, Ready For Battle. Nous avons utilisé une tige de fibre de verre plus mince, pour la fabrication de l’arme, ce qui la rend plus flexible. Cette méthode de fabrication augmente la capacité d’absorption de l’impact et diminue la puissance du coup porté. Évidemment, nous avons conservé le bout en kevlar au cas ou il y aurait une éventration accidentelle de l’arme. D’ailleurs, chaque parent doit clairement enseigner à ses enfants comment contrôler les coups infligés à son opposant et comment simuler le poids réel de l’arme. C’est facile de frapper l’autre sans contrôle, mais c’est autre chose de simuler que l’arme est lourde et de bouger plus lentement, et d’asséner les coups avec justesse et précision. Une règle d’or à instaurer serait celle de s’assurer que pour chaque coup, le bout de l’épée passe au-dessus de l’épaule avant de frapper son adversaire. En plus de ralentir la bataille, une telle pratique permet de déceler et de focaliser l’attention sur les points faibles de son opposant.

Auteur,
Patrick Penning
Epic Armoury Canada Ltee

Traduit par Monique Provost
moniqueprovost.com